• benzodiazépines et grossesse

    Plus de 50.000 enfants par an sont à risque de lésions cérébrales ou de mort, parce qu’ils sont empoisonnés par les tranquillisants dans le ventre de la mère, le Sunday Express peut révéler
    Il faut éviter de prescrire des benzodiazépines pendant le premier trimestre de la grossesse. Au cours des mois suivants, ces médicaments ne seront prescrits qu’en cas d’extrême nécessité et pendant la période la plus courte possible
    C’est le montant estimatif 50000 ou plus d’enfants britanniques qui naissent chaque année endommagés parce que leur mère a pris des benzodiazépines ou des tranquillisants
    Il y a une corrélation claire entre la prescription de benzodiazepines dans la grossesse et l’explosion dans les nombres d’enfants avec les désordres de déficit d’attention (non 4 de WDDTY, de vol. 8), et de penchant à l’alcool (une substance semblable
    Maintenant, si vous pouvez imaginer ces effets surun bébé réduite de vigilance et de l’amnésie, à une très importante phase de développement, au début des quelques jours et semaines, cela pourrait avoir de profondes incidences sur les processus de développ
    le diazépam s’accumule dans le foie, le cerveau, le cœur et les poumons du fœtus
    GROSSESSE : BDZs peut interférer le système nerveux foetal se développant. LA MORT INFANTILE SOUDAINE : Les benzodiazépines causent-elles SIDS ? NAISSANCE : Les bébés risquent les effets directs de, et le sevrage des benzodiazépines
    Benzodiazépines traversent le placenta et sont classés en classe D tératogènes
    Usage pendant la grossesse: Les benzodiazépines peuvent causer des dommages au fœtus lorsqu’ils sont administré pendant la grossesse. Un risque accru de malformations congénitales associées à l’utilisation du diazépam
    Durant la grossesse, la prescription de toute médication est déconseillée ; en fin de grossesse, ces médicaments peuvent faire courir le risque de survenue, à la naissance, d’hypotonie et de détresse respiratoire chez le nouveau né.
    Un nouveau-né peut développer un syndrome de sevrage s’il a été exposé durant la grossesse ou durant l’allaitement à certaine substances comme les sédatifs-hypnotiques, les opiacés et peut-être les stimulants
    Toute femme enceinte court un risque de 3 à 5 pour cent de donner naissance à un bébé présentant une anomalie congénitale
    les études de cas-témoins ont montré un lien statistique entre l’utilisation des benzodiazépines en début de grossesse et des malformations congénitales telles que la fente labiale

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :